Le projet

Le projet - Comment je suis devenu artisan dans le funéraire
Bougie de recueillement
Instant de recueillement près du cimetière
Se recueillir a cimetière parc

Comment et pourquoi je suis devenu artisan en développant un projet dans le funéraire :

En ce début d'année 2020, j'étais très loin de penser que je développerai un jour un projet dans le funéraire. 

Cela faisait 20 ans que je déroulais ma carrière entre cabinets d'architectes et bureaux d'études industriels. 

Comme un long fleuve tranquille.

En raison de plusieurs années passées à l'étranger, à l'âge de 41 ans, je n'avais assisté qu'a une seule sépulture, celle de mon grand-père paternel. 

Pour moi, la mort était presque un sujet tabou, j'évitais même d'en parler.

Puis en avril dernier, un drame à endeuillé notre famille, mon beau-frère a mis fin à ses jours. 

Avec ma compagne, c'était la sidération, puis l'abattement. 

Dans la tourmente, nous n'avions même pas pensé à aller chercher en magasin une plaque pour l'honorer. 

A la veille de la sépulture, j'ai demandé de l'aide à un ami, professionnel du bois. Il m'a aidé, et partagé sa passion et son expérience dans ce domaine. 

J'ai ainsi obtenu une plaque sobre mais unique car n'affichant que le dernier message que sa sœur lui adressait : "Pour mon frère Grégory, éternellement avec moi, Vanessa ".

Le lendemain, dans l'église, je posais notre plaque en bois au sol parmi une vingtaine d'articles en granit. 

Je fus alors surpris d'apercevoir le maître de cérémonie prendre la plaque et la déposer bien en évidence sur le cercueil. 

Cela m'a semblé juste, car ma compagne était particulièrement liée à son frère. 

Ensuite au cimetière, le service funéraire a repris l'initiative de mettre à nouveau la plaque en bois bien en évidence sur le cercueil. 

Je constatais alors que cette dalle en bois était bien différente des autres. 

Sa couleur miel prenait des reflets dorés au soleil, ses larges lettres noires faisait ressortir nettement le dernier message de Vanessa, devant toute l'assemblée.

La cérémonie funéraire s'est terminée, et nous avons repris la route en silence. 

J'ai alors repensé à la plaque exposée deux fois, j'y voyais alors un signe. 

Ensuite ce fut comme un appel, ce projet me sembla être comme une évidence. 

Ma décision fût prise sans hésitation, je me consacrerai au service des défunts.

Antoine,